Au Pays d'Elles

du trauma de l’enfance à la conquête de soi : Le chemin vers le vivre pleinement.

Vivre pleinement

C’est quoi pour toi vivre pleinement ?

 

Je suis en train de suivre sur le net « le sommet de la réussite » organisé par Céline Martinez. Elle y a invité de nombreux coachs pour des masterclasses très intéressantes sur des sujets comme le lâcher prise, la mission de vie, l’autorité intérieure, l’autonomie émotionnelle, l’estime de soi, faire face à ses peurs, vivre pleinement l’instant, se libérer du passé et du futur, etc.

De nombreux sujets qui tournent autour de cette conquête de soi dont je parle si souvent, et de la résilience, cette capacité à surmonter les traumatismes de notre vie et à en faire une force. C’est en tout cas ma propre définition de la résilience.

Je suis très friande des conférences et vidéos sur le net sur le développement personnel, car cela me permet de rentrer encore davantage en lien avec moi, de poursuivre mon cheminement personnel et de me rapprocher pas à pas de la paix intérieure, ce calme mental et émotionnel qui, lorsqu’on le laisse enfin pénétrer notre corps comme notre cœur, nous donne le sentiment merveilleux de vivre pleinement.

Alors je saisis l’occasion d’écrire un article pour exprimer ce que signifie pour moi vivre pleinement.

Je ne suis ni une philosophe ni une psychologue. Je ne suis pas une coach de vie bien que ce soit un métier qui m’aurait passionné. Je suis juste une femme. Humaine. Entière. Engagée. Avec des convictions. Hypersensible. Empathique. Emplie d’une belle énergie. Mais je suis aussi une femme en perpétuel travail sur elle-même, introspection, thérapies parce que je ne suis pas arrivée au sommet de cette quête de moi, sommet ne signifiant pas perfection mais vérité. Ma vérité n’étant que celle qui est essentielle à mes yeux pour être heureuse et en paix avec moi-même.

J’ai passé de nombreuses années à me débattre avec mes démons intérieurs, et ces deux dernières années, éprouvantes autant qu’épuisantes, ont fait de moi cette femme d’aujourd’hui riche de ses fragilités, de ses erreurs, de ses expériences bonnes et mauvaises – toutes sont essentielles, toutes ont leur raison d’être.

Vivre pleinement :  apprendre à se respecter et à se faire respecter

« L’amour ne donne aucun droit sur l’autre, seulement le devoir de le respecter. »

Jacques Salomé

Je ne sais pas si ce que je vais écrire est révélateur de notre époque mais le respect est une notion qui semble ne plus faire partie des valeurs essentielles de vie.

En ce qui concerne mon cheminement personnel, le fait d’avoir été abusée, manipulée, utilisée comme un objet, ne m’a pas appris le respect de moi. J’ai en effet accepté l’inacceptable sans en prendre conscience, parce que j’ai été conditionnée ainsi. Mes programmes internes ont été fabriqués et enregistrés comme si je devais être à la merci des autres, sans me soucier de mes propres besoins.

Par contre, j’ai toujours été soucieuse du respect que je porte aux autres. Donc c’est une notion que je connais sauf lorsqu’il s’agit de me respecter et me faire respecter. J’ai énormément travaillé sur moi pour accepter de prendre en considération mes besoins avant ceux des autres, ce que je pensais être de l’égoïsme et qui n’est en définitive que de l’estime de soi.

Vivre pleinement :  être dans l’action de façon positive

« Une vie est une œuvre d’art. il n’y a pas de plus beau poème que de vivre pleinement. Echouer même est enviable, pour avoir tenté. »

Georges Clemenceau

Passe à l’action ! Oui, Agis !

Le vivre pleinement ne peut se contenter de l’immobilisme. Je ne dis pas qu’il faille aller au burn-out, rien à voir. Je dis qu’il est grand temps d’agir au lieu de tergiverser mille ans. Être le cul entre eux chaises est le meilleur moyen de ne pas se sentir à sa place et bien dans sa peau.

L’homme est un être mouvant, un être vibrant, un être de conscience bien que beaucoup de choses en lui, qui le pousse à se comporter de telle ou telle manière, soient inconscientes.

Cependant, vivre pleinement ne signifie pas qu’il faille agir de manière incessante, ni avoir tout le temps l’esprit positif. Pour vivre pleinement sa vie, il est avant tout essentiel « d’être », dans le ressenti de nos états d’âmes, et d’accepter qu’ils nous impactent de façon négative.

Vivre pleinement :  se libérer de ses prisons intérieures

« Tu es maître de ta vie et qu’importe ta prison, tu en as les clés. »  

Auteur inconnu

J’en parle beaucoup de ces prisons dans lesquelles on s’enferme de manière plus ou moins conscientes, plus ou moins dorées, plus ou moins destructrices. Etre prisonnier de soi-même est incompatible avec le vivre pleinement.

Les prisons intérieures forment l’auto-sabotage qui ruine toutes avancées dans la quête de soi. Nous avons les clés mais elles n’ouvrent pas car nous ne savons pas quelle clé ouvre la bonne porte. Sans questionnements sur nos fonctionnements internes, et quelquefois sans une aide thérapeutique, l’accès à nos peurs inconscientes et nos blessures d’enfance sous-jacentes à cet auto-sabotage, ne pourra se faire.

Il y a dans nos prisons, nos conditionnements, nos croyances, nos loyautés, nos mécanismes de défense, nos stratégies de survie, notre méconnaissance de nous-même.

Se libérer de cet emprisonnement est incontournable et nécessaire.

 

Vivre pleinement :  apprendre à vivre l’instant T

« Et si nous n’avons qu’une seule vie, pourquoi ne pas la vivre pleinement sans soucis du lendemain. » 

Esther Jonhson

every-day-vivre-auteure

On en entend parler beaucoup du vivre l’instant présent car le reste n’existe plus. Le passé n’est plus et le futur n’est pas encore. Seul l’instant T est réel, le reste n’est qu’illusion. J’ai quelques difficultés à intégrer ce concept et j’y met des bémols.

Pour moi, le passé existe et n’est pas une illusion sinon mon histoire de vie serait mensongère. Ce qui n’est pas le cas. De plus notre passé est aussi le socle de notre vie actuelle. Quand au futur, je ne sais pas vivre sans avoir des projets donc j’y suis souvent dans ce futur, même si je suis d’accord qu’il ne peut s’agir que d’illusion, un désir de demain sur lequel nous n’avons que peu de maitrise.

Le travail que je me force à faire pour le vivre pleinement est d’être plus présente à tous les instants de ma vie, me focaliser sur le présent sans que mes pensées partent ailleurs.  C’est très compliqué pour moi car j’ai mis du temps à me sentir à ma place, en sécurité intérieure, confiante et fière aussi de ce que je suis.

Vivre pleinement :  se libérer de l’attente, du manque, de la frustration, de la peur

« L’art de vivre pleinement ne consiste pas tant à compliquer les choses simples qu’à simplifier celles qui ne le sont pas. »

François Hertel.

L’attente, le manque, le besoin du regard des autres et de l’approbation des autres, la frustration forment un grand tout qui nous piège dans une vie par procuration. Vivre pleinement, c’est apprendre à devenir libre de ces contraintes mentales qui ne sont que des choses que notre esprit met en place, et sur lesquelles nous pouvons agir. Nous avons le choix de nous en libérer…ou pas. Nous avons le choix de cesser d’avoir peur.

 

Vivre pleinement :  se libérer de l’approbation des autres

« Plus on cherche l’approbation des autres, plus on s’éloigne de soi. »

Auteur inconnu

Ne pas remplacer le désir d’être aimée par l’absolu besoin d’être reconnu, et d’être approuvé. Ceux que je nomme les prédateurs, les pervers narcissiques fonctionnent ainsi : certainement par mécanisme de survie – ce qui n’excuse pas mais peut expliquer -, ils ont mis en place des stratégies pour se faire aimer par le pouvoir (manipulation, argent, mensonge…) qu’ils utilisent sur l’autre pour le soumettre.

Je me suis laissé subir ça et j’en prends aujourd’hui ma responsabilité. Parce que je n’avais pas le sentiment d’être une personne à part entière, juste ce « petit bout d’être » qui ne vivait que dans le regard des autres.

Vivre pleinement passe par l’étape indispensable de cette libération. L’autre n’a pas plus de droit ni d’importance que TOI, et tu n’as pas à te comparer ni te rabaisser.

 

Vivre pleinement :  cesser de se justifier

« Se justifier, c’est se sentir en faute, coupable d’être soi-même et de le revendiquer. »

Thalia Remmil

Pourquoi toujours se justifier de nos actes ? C’est indispensable d’essayer de comprendre ce qui nous pousse à vouloir nous justifier systématiquement aux yeux des autres. Cela est-il un des ressorts de la culpabilité ? Oui, je pense. Mais aussi du manque de confiance que l’on porte à sa propre personne, de l’instabilité intérieure qui nous fait douter de tout et de nous.

Le vivre pleinement ne saurait se satisfaire de cette faible estime de soi. Sans pour autant devenir trop sur de soi et manquer d’humilité, il est grand temps de s’accorder cette valeur qui est la nôtre, et de cesser les grands débats de justification.

 

Vivre pleinement :  sortir des relations toxiques

« Vous ne pouvez pas continuer à danser avec le démon et vous demander pourquoi vous êtes toujours en enfer. »

Auteur inconnu

Nous attirons à nous les relations qui nous permettent de mieux nous connaitre, peu importe que ces relations soient saines ou malsaines. Et nos retomberons systématiquement dans les mêmes schémas de reproduction tant que nous n’aurons pas compris la leçon.

Le vivre pleinement en passe aussi par ces rencontres. Ces mauvaises rencontres avec le diable déguisé. Mais alors dirons-nous, c’est la vie. Et la vie nous offre l’occasion de changer le script de notre histoire, la relation à l’autre étant bien souvent déterminante dans notre évolution personnelle.

Si la relation perverse entre dans ta vie, mieux vaut tenter d’en faire une force. Je ne dis pas que c’est facile ni que ce genre de relation n’est pas un danger. Elle est un vrai danger et certains y laissent leur peau. Je dis que tu seras plus fort et mieux armé si tu sors la tête haute et le torse bombé d’une relation toxique sans avoir perdu l’amour que tu portes en toi.

 

Vivre pleinement :  apprendre la solitude

« Il faut parfois se retirer du monde pendant un certain temps afin de vivre pleinement sa plénitude personnelle. »

Abel Yanguel

Apprendre à se supporter seul, à ne plus se sentir en insécurité lorsqu’on est seul, à gérer son sentiment de vide existentiel, à se remplir se soi au lieu de se remplir de l’autre.

Apprendre à s’aimer et se faire confiance.

Apprendre à se libérer de notre dépendance affective.

Le vivre pleinement est aussi le savoir vivre dans sa solitude

Vivre pleinement :  être créatif, un peu fou, rêver et réaliser certains de ces rêves…pas tous

« Il faut descendre du monde illusoire pour vivre pleinement le bonheur. »

Claude-May Waia Némia

creatif-rever-realiser-roman

J’aime beaucoup cette image car elle représente pour moi notre capacité à nous projeter dans un monde imaginaire, à laisser partir notre esprit vers des contrées merveilleuses, libre des contraintes de la réalité.

La créativité est un art-thérapie, une façon d’exorciser la souffrance, une façon d’exprimer notre intériorité de manière symbolique. Ce n’est pas se créer un monde illusoire que de rêver et de se laisser aller à une certaine folie passagère.

La créativité fait partie pour moi du vivre pleinement car elle me fait me sentir vivante, même si je suis d’accord que pour vivre pleinement le bonheur, il ne faut pas vivre d’illusions.

Vivre pleinement :  oser être soi ; l’acceptation.

« Accepte ce qui est, laisse aller ce qui était, et aie confiance en ce qui sera. »

Bouddha

Cette citation se suffit à elle-même. Le lâcher-prise. La confiance en la vie. L’Amour de la Vie. L’acceptation de qui nous sommes et de qui nous ne sommes pas encore…

L’audace d’être soi.

Le courage, la persévérance, la patience de devenir soi.

Thalia Remmil

Les 5 premiers Chapitres Gratuitement sur votre boite email



Instagram