Au Pays d'Elles

du trauma de l’enfance à la conquête de soi : Une page blanche à écrire

Une page Blanche

Cet article m’a été inspiré par une jeune femme dont j’ai fait la connaissance dans le cadre de mes chambres d’hôtes. Elle est venue passer un week-end romantique, nous avons discuté et voilà comment l’histoire a commencé avec Candice, un si joli prénom qui se glisse, autour de moi des souvenirs me reviennent à la mémoire, cette jeune femme que j’étais, je la revois lorsqu’elle me parle d’elle, lorsqu’elle exprime ses difficultés à appréhender le monde, ses émotions d’hypersensible difficiles à canaliser, ses chagrins, ses colères face aux hommes, ses déceptions, ses pannes d’inspiration, ses doutes, sa passion pour l’écriture et ce désir d’amour inscrit à l’encre noire, tatoué sur son cœur.

Comme une page blanche qui s’écrit au fil de nos échanges. 

 

Les rencontres n’arrivent jamais par hasard ; elles sont le fruit, je pense, de ce que la vie nous met sur la route pour amener à notre conscience certaines choses que nous n’avions pas encore décidé d’accepter ou entendre, puis comprendre.

J’en parle beaucoup des rencontres dans mon autobiographie car elles ont jalonné mon parcours comme des éclaireuses, lucioles divines, étoiles lumineuses, joueuses, capricieuses, décideuses, trompeuses parfois, menteuses souvent, nuisibles, manipulatrices, actrices, faiseuses de promesses, tueuses, voleuses, orgueilleuses, troublantes de vérité mais aussi d’illusions.

Des pages blanches à remplir d’instants de vie, de scènes quotidiennes, de vicissitudes mais aussi de plénitude, et de magie. Des rires, des sourires, même des sourires tristes :

«  »

Je vais te partager une des chansons de cette jeune femme, Candice Kayne dont elle a écrit le très beau texte et dont la musique est de Jérôme Riitano : Le temps d’une chanson. Je vais te partager sa voix, dont le timbre me plait beaucoup. J’ai eu envie de te parler de cette rencontre parce qu’elle provoque de nombreux échos en moi, un retour en arrière de ma propre vie lorsque j’avais 38 ans, comme elle…A fleur de peau comme elle… sexy en diable comme elle…mère et femme comme elle…une idée de l’amour qui n’existe certainement que dans nos têtes…dans les étoiles.

Une page blanche :  Une idée qui pourrait émouvoir

« L’écriture a ceci de merveilleux qu’elle parle. »

Paul Claudel

Ce qui est difficile lorsqu’on écrit, c’est l’originalité. Tellement de textes ont déjà été écrits, comment se démarquer pour plaire à son lecteur ? Quelle idée trouver pour l’émouvoir ? Est-ce une façon particulière d’écrire, de tourner ses phrases, d’enchainer les mots les uns aux autres, un style bien à soi ? Ou bien est-ce le hasard qui fait qu’au bon moment, tu es lu par une personne qui a justement besoin de lire çà pour apaiser ses chagrins, pour se conforter dans l’idée qu’elle est sur le bon chemin, pour lui donner le sentiment d’être moins seule au monde ?

Cela m’arrive souvent de tomber exactement sur le texte qui me fait du bien, sur les mots dont j’avais besoin à cet instant précis pour me donner la force d’avancer et de rebondir, un peu comme si le ciel m’envoyait une main tendue…

Alors j’écris. J’écris pour insuffler ma force à ceux qui en ont besoin.

Une page blanche Vs idées noires

« La magie avec l’écriture, c’est qu’elle guérit sans faire de bruit. »

Oreille attentive

J’ai remarqué dans mon parcours d’auteure que j’ai plus de facilité à écrire quand je vais mal…

Je crois que je ne suis pas la seule. Les idées noires ont besoin de trouver une issue de secours pour s’échapper et s’apaiser. C’est ce qu’on nomme aussi l’art-thérapie. Peu importe l’art que l’on affectionne, la peinture, la musique, le chant, la sculpture, le dessin, dès que l’on utilise la voie de la créativité pour s’exprimer, on tente de guérir une partie de soi, inconsciente bien souvent, qui ne peut pas utiliser la communication par la parole comme on peut le faire en thérapie avec un professionnel, coach ou psy.

Pour moi, ça a toujours été l’écriture depuis l’enfance. Un pilier essentiel qui ne m’a jamais quittée.

Une page blanche :  Feu vert pour une nouvelle histoire

« J’ai cru que j’allais mourir, puis je me suis ravisée, que dis-je, je me suis révoltée, en route vers une nouvelle histoire. »  

Thalia Remmil

Debout ! Encore et toujours debout ! Je trébuche, je me blesse, je saigne, je me donne le sentiment d’abandon ! C’est ça, je tente de m’abandonner…parce que d’autres l’ont fait avant moi…D’autres qui m’avaient promis d’être là toujours pour moi, de belles paroles, de jolis mots, que des mensonges, des trahisons, des preuves d’amour masquées et déloyales, lâches et sordides.

Et donc ?

Je m’assoie, je pleure, je m’enlise ?

Je ne crois plus en rien, je baisse les bras, je m’enferme dans ma grotte ?

Qui a prétendu que la vie était une partie de plaisirs ?

Certainement pas moi ! Mais on a le choix d’habiller de lumière ou de noirceur l’histoire de notre vie, on a le choix de modifier certains scénarios, d’inventer certaines intrigues, de peupler notre présent d’instants heureux, et d’en faire une nouvelle histoire.

Une page blanche :  Mon amour pour toi écriture

Ce texte de Maupassant se suffit à lui-même.

Ecriture, je t’aime car avec toi, je me sens accompagnée, moins seule, la tête dans les nuages, mon âme déshabillée que je livre à cœur ouvert, sincère et authentique, un témoignage sans doute de mon passage ici-bas. Mon Paradis à moi, c’est toi.

Thalia Remmil

 

Mes prochains Chapitres Gratuits !



Instagram