Au Pays d'Elles

du trauma de l’enfance à la conquête de soi : Le droit à sa vérité

Le droit à Sa Vérité

AU PAYS D’ELLES, du trauma de l’enfance à la conquête de soi : Le droit à sa vérité

 

Le droit à Sa Vérité

 

Définition du Larousse.

 

  • Adéquation entre la réalité et l’homme qui la pense.
  • Idée, proposition qui emporte l’assentiment général ou s’accorde avec le sentiment que quelqu’un a de la réalité : Les vérités éternelles.
  • Connaissance ou expression d’une connaissance conforme à la réalité, aux faits tels qu’ils se sont déroulés ; les faits réels eux-mêmes : Le témoin a caché la vérité.
  • Caractère de ce qui existe réellement et est bien tel qu’il apparaît : On ne saurait douter de la vérité de ses sentiments.
  • Qualité de ce qui exprime pleinement la réalité de quelque chose, expression fidèle de la nature : La vérité des personnages de ce roman.
  • Expression, attitude sincère de celui qui dit ce qu’il sait, qui parle avec conviction : Son air de vérité a conquis l’auditoire.
  • En apposition, indique que ce qui est fait vise à établir la réalité des faits : Opération-vérité.
  • En logique, position d’une proposition par rapport aux conditions imposées par un langage donné et par rapport à un état de fait.

Si l’on fait une analyse rapide des différentes définitions du Larousse sur la vérité, on peut considérer qu’elle est l’opposé de tout ce qui est faux, invraisemblable, illusoire, absurde et irréel.

La vérité se base sur des faits observables factuels, bien réels, tels qu’ils se déroulent, dans l’authenticité, la justesse et l’exactitude.

Une personne qui dit la vérité est une personne franche et honnête, qui n’invente aucun mensonge pour faire croire à Sa réalité. Son esprit est accordé sur les belles valeurs de vie, son âme est mélodieuse et son cœur est lumineux.

Une personne qui ment est désaccordée, accordée sur le mépris, l’irrespect, la perversité. Son âme est discordante et son cœur est sombre.

La vérité Vs le mensonge

« Le mensonge pour être cru doit se déguiser en vérité, c’est là sa limite. »

Robert Sabatier

Je me suis souvent posé la question de savoir s’il vaut mieux omettre ou mentir à certains moments de notre existence plutôt que de dire et révéler des choses vraies mais qui pourraient venir compromettre une relation ou une situation personnelle et la mettre en péril voire la détruire.

Si je me suis posé cette question, c’est que bien évidemment, il m’est arrivé de dire la vérité et de détruire un lien affectif. Comme il m’est arrivé aussi « d’omettre », (c’est un raccourci facile de dire qu’on a omis, ça permet de se déculpabiliser un peu et de soulager sa conscience, en se disant que ce n’est, après tout, qu’une question de jardin secret).

Omettre, c’est seulement s’abstenir de mentionner ou de faire. Ce n’est pas mentir car mentir, c’est affirmer une chose fausse…oui mais c’est taire ce qu’on devrait dire…la frontière est vraiment fine. Dans les deux cas, on a caché les faits ou les sentiments réels.

Pourquoi le mensonge est-il si présent dans nos vies alors que tout ce qui se construit autour du mensonge est voué à l’échec, sauf à penser que jamais la réalité ne viendra rattraper la fiction. Car lorsque l’on ment, on invente, on fantasme, on entraine l’autre dans un schéma de vie fictionnel, et illusoire.  Nos vies ne sont pas des fictions. Et pourtant ! Combien de déguisements inventons-nous pour finalement trahir la confiance et détruire ce qu’il y a de beau dans une relation : l’amour !

Combien de manque de vérité imposons-nous à notre propre conscience ! Les mensonges que l’on se fait à soi-même sont peut-être les pires autosabotages que l’on puisse s’infliger, mais nous ne sommes pas toujours maîtres en notre demeure…de nombreux cadavres demeurent dans le placard, enfermés, prisonniers…jusqu’au jour où nous décidons de les délivrer.

La vérité : Le lien entre vérité et amour

« Dans mon cœur, je ne sais pas mentir. »

Thalia Remmil

Je me suis souvent demandé si je savais aimer. C’est étrange car j’ai dans ma tête une petite voix qui m’incite à me faire croire que je suis une mauvaise personne qui ne sait pas aimer. C’est étrange de devoir lutter contre soi-même. Comme s’il y avait deux instances qui mènent un combat, l’une pour écraser l’autre dans cet amour immense, cette générosité, cette gentillesse, cette bienveillance. Je l’envoie balader cette voix qui cherche à me dénigrer, mais qui est « je » ?

Je pense qu’il y a un lien étroit avec le sentiment de culpabilité ancrée depuis l’enfance. Coupable de ne pas être la fille parfaite de ses parents. Coupable de ne pas tout accepter. Coupable de ne pas tout subir. Pas assez. Coupable de ne pas être à la hauteur des demandes « anormales » des adultes. Coupable de ne pas aimer et être aimée comme les autres le conçoivent.

L’amour appris dans l’enfance n’était pas vrai, mais je ne le savais pas.

L’enfant que j’étais ne pouvait pas savoir ce qui se cachait derrière cet amour faux…qu’on lui vendait comme étant vrai.

Depuis l’enfance, je cherche ce qu’est véritablement l’amour. Je ne parle pas de l’amour maternel que je porte en moi, inconditionnel, immortel. Je parle de l’amour dans le lien conjugal, l’amour pour un homme. Quand on a été dépendant affectif, on ne connait pas l’amour, on ne connait que le besoin d’amour comme un drogué a besoin de son shoot pour aller bien. La seule vérité derrière ça, c’est que ce n’est pas de l’amour. Si ce n’est pas de l’amour, çà n’en exprime pas pleinement la réalité, les dés sont pipés, on ne peut donc pas s’en référer comme une idée fidèle à ce qu’est l’amour. On est très loin de la vérité.

 

La vérité :  Le lien entre vérité et liberté, quel est-il ?

« Être libre, ça ressemble à se sentir vivant, toutes les parties de soi réunifiées, réconciliées, l’esprit grandit de ce qui se nomme l’authenticité. »  

Thalia Remmil

L’authenticité, c’est, je crois, ce qui se rapproche le plus de la vérité de ce qu’on est soi-même. La quête de soi passe par cette quête de vérité, il est inimaginable d’être honnête avec soi-même sans cette quête du vrai self. Hier je me suis intéressée à la thérapie IFS, Internal Family Systems, et j’aimerais vous le partager. Cet extrait est tiré du site de Laurent Cook www.vivrelautentique.com

IFS Internal Family Systems

J’aime l’IFS de Dick Schwartz qui permet de rencontrer sa famille intérieure. Notre psyché est animée par des parties autonomes qui ont leur personnalité et leur identité. Elles sont toutes au service de belles causes pour soi, même si leurs actions sont parfois tragiques. J’aime ce dialogue, ces alliances intérieures, sentir ce qui se vit en soi. Et puis il y a le Self, cette zone ressource où il n’y a aucun danger et qui n’a jamais été affecté par les blessures psychiques. La pratique de la thérapie IFS permet de se connecter à son Self, de décharger les fardeaux et de réconcilier les parts blessées et exilées en nous. De mon expérience l’IFS est la pratique la plus profonde et puissante en termes de libération et de transformation par rapport à toutes les autres pratiques que j’ai pu expérimenter.

Partir à la rencontre de sa famille intérieure, et se connecter à son Self. Voilà, une prochaine aventure à laquelle je vais m’atteler…parce que pour moi, être libre, c’est être connecté à soi-même dans cette quête d’authenticité, très éloignée du faux-self.

 

La vérité : Est-ce utile de la chercher ?

« Certaines vérités sont effroyables à entendre, mais il est parfois plus dur encore de vivre dans le doute. »

Thalia Remmil

Perso, oui, je pense qu’il est encore plus dur de vivre dans le doute que de connaitre la vérité !

Pire encore, vivre pendant des années l’illusion d’un amour ! C’est terrible de se réveiller un jour en apprenant qu’on a été trahi, qu’on nous a menti tout le temps, depuis la première minute d’une rencontre, d’une relation. Que la personne en laquelle tu as donné toute ta confiance, à laquelle tu as donné les clés de ton cœur, mais aussi la personne à qui tu as confié ta famille, a escroqué tes sentiments.

Alors oui ! Un grand OUI ! Il est utile et indispensable de chercher la vérité ! Pour se délivrer de ce château où tu croyais être une princesse ! Je préfère mille fois être une bohémienne dans une roulotte. Et je suis très heureuse dans ma roulotte, libre dans ma tête, débarrassée des mensonges, des manipulations, du contrôle de ma vie.

J’ai cherché longtemps ma vérité. La vérité de qui je suis vraiment.

J’ai certainement encore des zones d’ombres.

Je persévère.

Thalia Remmil

Mes prochains Chapitres Gratuits !



Instagram