Les écrivaines françaises féministes et engagées

Ces femmes qui ont des convictions

« En tant que femme, je n’ai pas de pays. En tant que femme, je ne veux pas de pays. Mon pays en tant que femme, c’est le monde entier. » Virginia Woolf

 

Définition Wikipédia du féminisme :

 

Le féminisme est un ensemble de mouvements et d’idées philosophiques qui partagent un but commun : définir, promouvoir et atteindre l’égalité politique, économique, culturelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes. Le féminisme a donc pour objectif d’abolir, dans ces différents domaines, les inégalités hommes-femmes dont les femmes sont les principales victimes, et ainsi de promouvoir les droits des femmes dans la société civile et dans la vie privée.

 

Définition Universalis de l’engagement :

 

L’engagement peut être entendu au sens de « conduite » ou au sens d’« acte de décision », selon qu’il désigne un mode d’existence dans et par lequel l’individu est impliqué activement dans le cours du monde, s’éprouve responsable de ce qui arrive, ouvre un avenir à l’action, ou qu’il désigne un acte par lequel l’individu se lie lui-même dans son être futur, à propos soit de certaines démarches à accomplir, soit d’une forme d’activité, soit même de sa propre vie.

 

Définition Wikipédia de l’écrivain :

 

Un écrivain (récemment féminisé en écrivaine) était d’abord une personne qui est habile dans l’art d’écrire ou qui en fait son métier (les maîtres écrivains), par la suite l’auteur d’ouvrages littéraires, désigné par l’expression « homme » ou « femme de lettres ».

 

Une écrivaine française féministe et engagée est donc une femme qui sait bien manier la langue française, qui partage le but commun de promouvoir les droits des femmes, et qui dans sa vie de tous les jours, est une personne de convictions, impliquée dans les causes qu’elle défend.

 

Pourquoi être une personne engagée ?

« N’essayez pas d’être un homme de succès mais plutôt un homme de valeur. »

S’engager, c’est se sentir investie dans des causes qui nous tiennent à cœur, et pour lesquelles nous sentons que nous pouvons apporter notre pierre à l’édifice. Lorsque l’on se marie, on s’engage pour le pire et pour le meilleur à aimer la personne avec qui on se lie de ce sentiment d’Amour, et à qui l’on fait une promesse de bienveillance réciproque même dans les situations conflictuelles. Lorsque l’on se lie d’amitié à une personne, l’on s’engage aussi à lui offrir une relation en toute confiance, une relation basée sur la réciprocité. Lorsque l’on met au monde un enfant, on s’engage à lui donner la main pour l’emmener vers l’avenir, on s’engage vis-à-vis de ce petit être à l’aider à devenir un adulte en lui donnant, sans lui prendre sa liberté, l’éducation nécessaire à ce difficile apprentissage de la vie.

Pour moi, c’est cela être une personne engagée. C’est une notion de responsabilité et de respect vis-à-vis des valeurs que l’on porte en soi.

 

Pourquoi être une personne féministe ?

« L’histoire de la résistance des hommes à l’émancipation des femmes est peut-être plus instructive que l’histoire de l’émancipation des femmes elle-même. » Virginia Woolf

Tout comme être une personne engagée, être une personne féministe, c’est porter en soi les valeurs qui nous poussent à faire avancer la cause des femmes, de toutes les femmes du monde entier, et sur tous les sujets qui les concernent. L’objet principal de la première vague féministe qui s’étale des années 1850 aux années 1945, était l’égalité devant la loi entre les femmes et les hommes, comme le droit de vote et les droits fondamentaux. La deuxième vague qui commence à la fin des années 1960 avec le MLF, porte plus sur la notion du patriarcat, du sexisme, aux revendications touchant au corps des femmes comme l’avortement ou la contraception. Puis la troisième vague est entamée au début des années 1990.

La raison pour laquelle on se dit être féministe est liée au désir de faire avancer la cause des femmes, sur tous les sujets qui les concernent.

 

Pourquoi être une écrivaine féministe et engagée ?

« On ne choisit pas d’être écrivaine, ça arrive un jour, comme ça. » Marguerite Duras

Parce pour faire avancer des causes, il est nécessaire que des individus osent le combat, avec les armes qui sont les leurs. Les écrivains sont des personnages publics qui ont la possibilité de faire entendre leur voix au travers de leurs écrits, mais aussi au travers de leurs actions quand leur célébrité leur ouvre des portes.

Les écrivains portent les voix que d’autres gardent silencieuses. Ils sont des transmetteurs grâce à leur capacité d’intellect et d’écriture qu’ils mettent au service de l’opinion publique.

Une femme écrivaine féministe engagée est celle qui par ses écrits se fait connaître autant pour son style, ses romans, que par les thèmes qu’elle aborde qui se réfère souvent au combat pour toutes formes d’émancipation de la femme.

 

Quelles sont les écrivaines françaises célèbres engagées dans le combat pour les femmes ?

« Tout pourra arriver quand être une femme ne voudra plus dire : exercer une fonction protégée. » Virginia Woolf

Il y en a beaucoup des femmes écrivaines engagées dans le combat pour les femmes, et heureusement !

J’ai utilisé des citations de Virginia Woolf qui est anglaise (née en 1882 et décédée en 1941), car j’aime bien cette écrivaine qui, au travers de son écriture, opère une véritable plongée dans le psychisme de ses personnages, ce que j’aime à faire aussi.

Mais parlons des écrivaines françaises :

Simone de Beauvoir, née en 1908 et décédée en 1986. Elle est considérée comme une théoricienne importante du féminisme ainsi qu’une femme de lettres engagée. Elle est très connue notamment dans son engagement avec Gisèle Halimi pour la légalisation de l’avortement.

Eliette Abécassis qui est engagée auprès d’associations de lutte pour les droits et les libertés des femmes.

Olympe de Gouges, née en 1748 et décédée en 1793, guillotinée. Elle est l’auteure de de la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne et elle a beaucoup écrit en faveur des droits civils et politiques de la femme.

Régine Desforges dont les romans sont souvent des plaidoyers féministes qui défendent le droit des femmes à s’assumer seules, y compris dans leur sexualité.

Virginie Despentes, dont j’ai relevé cet extrait de Wikipédia : « L’écriture de Despentes ne minimise pas la violence, bien au contraire. Le viol est un motif au cœur de son œuvre, et elle montre qu’il ne se réduit pas à une interprétation simple, en même temps qu’elle récuse les interprétations majoritaires qui en sont faites. C’est pourquoi elle donne aux femmes la possibilité de ne plus en être uniquement des victimes : parce que leur auteure les dote d’une force, d’une agressivité ou d’un parcours allant à l’encontre des codes de la féminité, mais aussi parce qu’elles partagent une expérience commune, elles sont autant d’indices fictionnels révélateurs d’un ordre sexiste réel. »

 

Comment je suis devenue une écrivaine engagée et pourquoi ?

« Tant qu’il y aura des femmes discriminées en raison de leur sexe, je serai féministe. »

Leila Slimani

Je le suis devenue parce que mon parcours de femme victime d’inceste dans l’enfance, a fait de moi une femme dépendante affective, victime d’emprise psychologique et de manipulation mentale. C’est parce que j’ai beaucoup souffert et que je sais parfaitement ce que sont tous ces mécanismes et ce par quoi passent les personnes qui ont connus ce genre de traumas. C’est donc l’enfance abusée qui a fait que j’ai eu besoin d’écrire comme un exorcisme, et que chemin faisant, j’ai voulu écrire mon histoire de vie dans l’espoir d’aider les femmes qui s’y reconnaitraient. 

Je ne fais pas partie de ces femmes qui manifestent, qui sont dans l’action sur le terrain, mais cela ne veut pas dire que je ne le deviendrai pas. Je suis une femme de l’ombre qui, au travers de ses mots, s’engage à poser sa pierre à l’édifice de ce combat contre toutes formes de violences sexistes et sexuelles. Je me reconnais dans toutes ces femmes qui sont devenues célèbres par leur parcours de vie, ces combatives sorties de l’ombre parce qu’elles ont osés « être elles-mêmes » et qu’elles n’ont pas reniées des parties d’elles souterraines. Parce que c’est en apprivoisant nos ténèbres qu’on devient lumineux, et que la force est aussi fragile, qu’on devient véritablement humain. Parce qu’être une femme en ce monde signifie pour moi, me positionner en tant qu’être humain, convaincu que l’on n’est pas ici-bas, pour ne rien laissé derrière soi, mais bien pour y déposer quelque chose de soi, ce supplément d’âme.                                               

 

Thalia Remmil

Mes prochains Chapitres Gratuits !



Instagram